"Que sous l’écorce de bois dur
Ça cache un cœur qui reste pur,
Un baobab !
C’est romantique et vulnérable
Ça tend les bras vers l’infini
Et ça pleure de joie sous la pluie,
Un baobab !"


[J-R CAUSSIMON, Extrait de la chanson « Le baobab »]